《Huang Di Wai Jing》 (《Classique Externe de l'Empereur Jaune》)

《Huang Di Wai Jing》

《Classique Externe de l'Empereur Jaune》

 

Lokmane Benaicha

 

 

 
Ceux qui ne connaissent pas la médecine chinoise verront cet article comme un autre sur un livre médical chinois.
Ceux qui connaissent la médecine chinoise seront soit surpris, intéressés ou vont crier à la supercherie.

Tout le monde connait le livre fondateur de la médecine chinoise: le《Huang Di Nei Jing》 ce qui signifie le《Classique Interne de l'Empereur Jaune》. Mais avez vous entendu parler du 《Huang Di Wai Jing》 ce qui signifie le 《Classique Externe de l'Empereur Jaune》 ?
Pourquoi aucune école de médecine chinoise ne l'enseigne ?

Ceux qui ont étudié l'histoire de la médecine chinoise ont appris qu'il y a sept écoles de classiques médicaux Yi Jing et 11 écoles de formules classiques Jing Fang.
C'est le célèbre livre d'histoire 《Han Shu》《汉书》 écrit par Ban Gu 班固 (32 à 90 après J.C.) publié en l'an 80 de notre ère à la dynastie des Han qui présentent ces écoles dans le chapitre《Yi Wen Zhi》《艺文志》:
7 écoles de classiques médicaux Yi Jing: Huang Di Nei Jing 18 rouleaux, Wai Jing 37 rouleaux, Bian Que Nei Jing 9 rouleaux, Wai Jing 9 rouleaux, Bai Shi Nei Jing 38 rouleaux, Wai Jing 36 rouleaux,  Pang Bian (articles annexes) 25 rouleaux, au total 126 rouleaux; 
11 écoles de formules classiques Jing Fang: 5 organes et 6 viscères syndrome Bi formules de 12 pathologies 30 rouleaux, 5 organes et 6 viscères syndrome Bi formules de 16 pathologies 40 rouleaux, 5 organes et 6 viscères syndrome Bi formules de 12 pathologies 40 rouleaux, Vent froid chaleur 16 formules de pathologies 26 rouleaux, formules Tai Shi Huang Di Bian Shi Yu Fu 23 rouleaux, dommages des 5 organes 11 formules de pathologies 31 rouleaux, formules psychatriques des pathologies externes des 5 organes 17 rouleaux, formules des dommages à l'arme blanche et spasmes 30 rouleaux, formules de gynécologie et pédiatrie 19 rouleaux, Tang Ye Jing Fa (pharmacologie) 32 rouleaux, Interdictions nutritionnelles de Sheng Nong Huang Di 7 rouleaux, au total 74 rouleaux."
《汉书•艺文志》有医经七家,经方十一家的记载。医经七家计有:黄帝内经十八卷、外经三十七卷、扁鹊内经九卷、外经十二卷、白氏内经三十八卷、外经三十六卷、旁篇二十五卷,共二百一十六卷;经方十一家计有:五脏六腑痹十二病方三十卷、五脏六腑痹十六病方四十卷、五脏六腑痹十二病方四十卷、风寒热十六病方二十六卷、泰始黄帝扁鹊俞拊方二十三卷、五脏伤中十一病方三十一卷、客疾五脏狂颠病方十七卷、金创瘲瘈方三十卷、妇人婴儿方十九卷、汤液经法三十二卷、神农黄帝食禁七卷,共二百七十四卷。

Pourquoi l'actuel l'incontestable livre fondamental de la pharmacopée chinoise le《Shang Han Za Bing Lun》de Zhang ZhongJing (150 à 219 après J.C.) n'est pas noté ? Tout simplement parce que Ban Gu est né plus de 100 ans avant Zhang ZhongJing et qu'il a noté les livres de la haute antiquité chinoise les plus importants.
Les experts chinois s'accordent donc à dire que les autres livres notés dans le《Han Shu》sont de véritables trésors inexploités mais seul le《Huang Di Nei Jing》 (Classique Interne de l'Empereur Jaune《) nous est parvenu à nous aujourd'hui, nous avons donc une vision partielle de l'immensité de la médecine chinoise.
Est-il vraiment le seul ? Il est clairement le livre le plus étudié et propagé.
Cependant, dans le folklore chinois, certains disent avoir les écrits de Bian Que et d'autres classiques notés dans le《Han Shu》mais ils sont généralement considérés comme apocryphes dans un pays connu pour les contrefaçons.
J'ai par exemple les soit disants écrits du maître de Lao Zi (qui pour certains intellectuels n'existerait pas), un autre livre de Lao Zi (autre que le《Dao De Jing》) et un autre livre écrit de Zhang ZhongJing (autre que le《Shang Han Za Bing Lun》). Il y a aucune trace écrite dans l'histoire de la Chine et j'ai dû passer par l'ego, le sentiment de supériorité et les humiliations de certains maîtres chinois avec leurs secrets à ne pas divulguer avant de les avoir. Ca décribilise selon moi leurs dires ce paradoxe entre travail du cœur et cet ego surdimensionné où le disciple et le non initié sont des moins que rien et qu'ils sont les seuls détenteurs de la vérité. Il y a aussi surtout aucune reconnaissance de ces textes en Chine, j'ai donc mis de côté ces livres.

Qu'en est il du《Huang Di Wai Jing》 (《Classique Externe de l'Empereur Jaune》) ?
Il est tout d'abord clairement noté dans l'officiel livre d'histoire《Han Shu》 (《Livre des Han》).
Il est aussi reconnu qu'il a bien existé dans l'histoire chinoise mais il serait perdu depuis 2000 ans.

Cependant, au siècle dernier le《Huang Di Wai Jing》 (《Classique Externe de l'Empereur Jaune》) a était publié au grand public en Chine. Cela a eu l'effet d'un séisme dans l'esprit des médecins chinois avec un espoir de la restauration de l'authentique médecine chinoise. Beaucoup de médecins chinois mais aussi des historiens s'y sont intéressés, la plupart ont abandonné ce classique incompréhensible pensant qu'il est apocryphe et donc d'aucune utilité.
Ce qui est dommage car il est admis par tous que le《Huang Di Nei Jing》et le《Shang Han Za Bing Lun》 (valable aussi pour le《Dao De Jing》, le《Tan Jing》 etc) ont aussi été modifié et que nous n'avons pas les versions originales, certains historiens pensent même que le《Huang Di Nei Jing》(《Classique Interne de l'Empereur Jaune》) que nous n'avons n'a rien avoir avec le texte originel.
D'autres personnes se sont intéressées à ce《Huang Di Wai Jing》 (《Classique Externe de l'Empereur Jaune》) découvert ou plutôt mis à jour du grand public, c’étaient généralement des maîtres daoistes, car ce livre existe déjà leurs traditions depuis des générations par transmissions de maître à disciple ou de père en fils.
Il y a donc ainsi une séparation entre médecine chinoise (issue de la médecine ancienne chinoise devenue confucianiste à l'époque du Néo Confucianisme de la dynastie des Song devenant de plus en plus intellectualisée) et la médecine daoiste avec une ouverture plus énergétique, spirituelle, alchimique et ésotérique.

 

Le livre publié le siècle dernier était en fait《Wai Jing Wei Yan》 (《Paroles Secrètes sur le Classique Externe》)《外经微言》compilé par Chen ShiDuo 陈士铎 de la fin de la dynastie des Ming et début des Qing (vers 1644 après J.C.). En voyant un titre différent avec un auteur tardif, beaucoup de médecins chinois et historiens pensaient que ce livre n'avait rien avoir avec le《Huang Di Wai Jing》 (《Classique Externe de l'Empereur Jaune》) noté dans le《Han Shu》 (《Livre des Han》).
Mais en y regardant de plus près, le titre nous indique clairement qu'il s'agit d'un commentaire du《Huang Di Wai Jing》 (《Classique Externe de l'Empereur Jaune》) :《Paroles Secrètes sur le Classique Externe》. Tout le《Huang Di Wai Jing》 (《Classique Externe de l'Empereur Jaune》) y serait repris et commenté par Chen ShiDuo qui ajouta quelques phrases à la fin de chaque chapitre avec son nom au début pour bien différencier le texte du《Huang Di Wai Jing》 (《Classique Externe de l'Empereur Jaune》) de son commentaire montrant ainsi son honnêteté sur ce qui est classique et son interprétation, même si certains historiens pensent toujours que c'est une intelligente manipulation de sa part (ou quelqu'un d'autre).

Le texte du《Huang Di Wai Jing》 (《Classique Externe de l'Empereur Jaune》) reprend la même structure en 81 chapitres sur 9 rouleaux (2 fois 9 rouleaux de 81 chapitres pour le《Huang Di Nei Jing》) et en dialogues entre l'Empereur Jaune et son ministre Qi Bo mais aussi d'autres personnes. Il y a plusieurs thèmes communs entre le《Huang Di Nei Jing》(《Classique Interne de l'Empereur Jaune》) et le《Huang Di Wai Jing》 (《Classique Externe de l'Empereur Jaune》) : le Dao, les lois de la nature, la physiologie énergétique, Yin Yang, 5 mouvements, organes entrailles, canaux (méridiens) et collatéraux, Yang Sheng, etc. Le《Huang Di Wai Jing》 (《Classique Externe de l'Empereur Jaune》) insiste plus sur le Yang Sheng et l'alchimie interne daoiste, le Ren Mai (Vaisseau Conception) et le Du Mai (Vaisseau Gouverneur), les trois passes (sur la colonne vertèbrale), les organes extra-ordinaires, le feu du Ming Men, la chrono-spatio médecine, etc

Selon la tradition daoiste, le《Huang Di Wai Jing》 (《Classique Externe de l'Empereur Jaune》) serait apparu 20-30 ans après le《Huang Di Nei Jing》 (《Classique Interne de l'Empereur Jaune》) vers la fin de vie de l'Empereur Jaune qui voulait livrer ses derniers secrets sur le Yang Sheng et l'alchimie interne daoiste qu'il aurait appris avec l'immortel Guang Cheng Zi (on retrouve l'histoire de l'Empereur Jaune qui apprend le Dao auprès de l'immortel Guang Cheng Zi dans le livre daoiste de Zhuang Zi et le livre d'histoire《Shi Ji》). Le《Huang Di Wai Jing》 (《Classique Externe de l'Empereur Jaune》) serait ainsi le premier livre d'alchimie interne daoiste avant le《Zhou Yi Can Tong Qi》de Wei Bo Yang (100-170 après J.C.) de la dynastie des Han Orientaux. Les historiens pensent que l'Empereur Jaune n'a jamais n'existé et que le《Huang Di Nei Jing》 (《Classique Interne de l'Empereur Jaune》) a été écrit par plusieurs personnes en plusieurs périodes, ainsi toutes ces histoires seraient des légendes.
Le《Huang Di Wai Jing》 (《Classique Externe de l'Empereur Jaune》) mentionne aussi plusieurs fois qu'il complète les insuffisances du《Huang Di Nei Jing》 (《Classique Interne de l'Empereur Jaune》) et il y a clairement plus de concepts daoistes comme le Dan Tian (Champs du Cinabre que je préfère appeler Champs du Un), le feu du Ming Men (au niveau des reins chez les daoistes mais qui désigne les yeux dans le 《Classique Interne de l'Empereur Jaune》, j'expliquerai plus tard qu'il s'agit en fait de la même chose), etc. C'est sur ce genre de points que les historiens pensent encore une fois que c'est un texte apocryphe qui a absorbé des concepts tardifs du Daoisme alors que les maîtres daoistes y voient la clef en or cachée pour décoder les secrets de la médecine daoiste et de l'alchimie interne daoiste. La plus part des historiens pensent d'ailleurs que l'alchimie interne daoiste date seulement de la dynastie des Tang avec notamment l'immortel daoiste Lu DongBin alors que les maîtres daoistes expliquent que l'alchimie interne daoiste existe depuis la haute antiquité chinoise (avant Huang Di et Guang Cheng Zi) sous un autre nom, les contours se sont formés avec le《Zhou Yi Can Tong Qi》de Wei Bo Yang, pour se structurer clairement avec Lu Dong Bin à la dynastie des Tang et prendre son ampleur à la dynastie des Song avec Zhang BoDuan, Wang ChongYang, Qiu ChuJi etc

Un débat qui n'en finit pas et qui devient un dialogue de sourds entre les historiens intellectuels et les maîtres daoistes pratiquants qui se critiquent mutuellement: "vous êtes dans le mental et la religion des textes" ou "vous êtes dans une histoire faussée et la superstition“.
En effet, quand les historiens pensent que ce livre est apocryphe et inutile, les maîtres daoistes pensent que c'est le texte incontournable pour comprendre la médecine daoiste et l'alchimie interne daoiste gardé secret depuis des siècles car selon eux le《Huang Di Nei Jing》 (《Classique Interne de l'Empereur Jaune》) ne donne qu'une première partie de la sagesse des anciens chinois. Un exemple frappant est que la médecine chinoise décrit le trajet des canaux (méridiens) et collatéraux à sens unique dans le《Huang Di Nei Jing》 (《Classique Interne de l'Empereur Jaune》) , c'est ce que tout le monde connait et qui est enseigné dans toutes les écoles de médecine chinoise.
Mais le《Huang Di Wai Jing》 (《Classique Externe de l'Empereur Jaune》) explique qu'il y a en fait le trajet à double sens des canaux (méridiens) et collatéraux avec une logique Yin Yang du symbole du Tai Ji.

Des praticiens et professeurs français de la médecine chinoise, Qi Gong et Daoisme qui ont participé à mes stages en Chine m'ont critiqué sur le trajet à double sens des canaux (méridiens) et collatéraux disant que je disais des choses infondées car ils ont étudié avant ma naissance sans jamais avoir lu cela. Comme tout le monde le sait, selon le《Huang Di Nei Jing》 (《Classique Interne de l'Empereur Jaune》) : les canaux Yin de la main vont de la poitrine aux mains, les Yang de la main vont de la main à la tête, les Yang du pied vont de la tête aux pieds, les Yin des pieds vont des pieds au ventre. Je leur demande simplement s'ils ont lu le《Huang Di Wai Jing》 (《Classique Externe de l'Empereur Jaune》) en chinois, la réponse est non car il n'existe pas. Passons, je demande alors s'ils ont lu entièrement le《Huang Di Nei Jing》 (《Classique Interne de l'Empereur Jaune》) en chinois et en entier, la réponse est non aussi car trop théorique... et oui, le《Huang Di Nei Jing》 (《Classique Interne de l'Empereur Jaune》) donne une pluralité des trajets des canaux, le trajet à double sens est légèrement mentionné mais il est mentionné ! Le problème c'est que la plus part des pratiquants et professeurs de médecine chinoise, Qi Gong et Daoisme ne lisent pas les classiques anciens chinois car trop théoriques et seule la pratique compte, ou alors apprennent par coeur deux trois phrases pour saupoudrer leurs cours. C'est l'autre extrême à faire attention, que les textes sont trop théoriques et pas intéressants. Ma méthodologie est l'union entre travail théorique intellectuel et pratique médico-spirituelle. Un jour un sage bouddhiste Chan m'a dit qu'il fallait expérimenter par son corps, esprit et âme la sagesse de Bouddha écrit dans les sutras. Un autre sage daoiste m'a dit qu'il faut utiliser le《Dao De Jing》et le《Yi Jing》pour soigner et faire du Tai Ji Quan.
Il y a pleins d'autres exemples qui montrent une vision plus étendue du corps humain, de la médecine et de la spiritualité grâce au《Huang Di Wai Jing》 (《Classique Externe de l'Empereur Jaune》) .

J'ai demandé à mes anciens professeurs chinois de l'Université de Beijing et de l'Université de Médecine Chinoise de Beijing qui représentent les plus hauts niveaux universitaires en Chine, la majorité n'a jamais dit que ce texte était apocryphe mais ils m'ont tous déconseillé de m'y intéresser car il est trop sujet à polémique à cause de son authenticité et que j'y perdrai mon temps. J’applaudis cette honnête intellectuelle d'y mettre un point d'interrogation au lieu de le jeter en bloc car Napoléon disait lui même que "l'histoire est une succession de mensonges". Un vrai intellectuel va toujours modérer ses propos et poser des questions car sa science peut devenir une religion extrémiste des textes s'il est bloqué dans le mental et sur ce qu'il voit, la réalité est plus complexe, même si le visible est un bon garde fou.
Un professeur universitaire chinois m'a dit de m'y intéresser seulement si le《Huang Di Wai Jing》 (《Classique Externe de l'Empereur Jaune》) a une valeur en application médicale et alchimique... et c'est justement là sa raison d’être chez les daoistes.

En fait, les réactions les plus virulentes sont celles des sinologues occidentaux notamment français que j'ai rencontré dont la plus part pensent que ce texte est bien apocryphe et d'aucune utilité. Quand j'explique simplement qu'il s'agit d'un texte sacré gardé secret dans les traditions daoistes, on m'a lancé que j'étais tombé dans la supertition, le mystiscime et le piège de la contrefaçon à la chinoise. Des dialogues sourds ont commençé où j'étais le premier à abandonner car aucun de mes arguments ne serait recevable s'il n'y a pas une preuve écrite de ce texte dans l'histoire. Je note juste que quand je demande une explication du premier chapitre la seule réponse est qu'ils n'ont pas lu le livre.

Venons en maintenant, à ma vision de la médecine et de la spiritualité.
Les deux meilleures alliées de la science occidentale pour la médecine chinoise et alchimie interne daoiste (mais c'est valable pour l'Inde, le Tibet, etc) sont l'embryologie et l'astrophysique... avec une intéressante remarque est que c'est deux branches scientifiques du plus petit et du plus grand sont intimement liées, en effet il y a de nombreux parallèles entre le développement du fœtus et le développement du cosmos. Comme si le foetus garde en lui les informations du cosmos...

Ainsi, quand:
- le《Huang Di Nei Jing》 (《Classique Interne de l'Empereur Jaune》) développe une physiologie énergétique plutôt axée vers le Ciel Postérieur (post-natal) pour soigner des maladies déjà présentent (même si l'aspect préventif est très important vont dire les médecins chinois) avec l'acupucture et la moxibustion, la pharmacopée, le massage, etc
- le《Huang Di Wai Jing》 (《Classique Externe de l'Empereur Jaune》) développe plutôt une physiologie énergétique du Ciel Antérieur (pré-natal) pour soigner les maladies avant qu'elles n'arrivent et le travail d'alchimie interne daoiste.
C'est la raison de sa grande difficulté mais aussi de son immense valeur, compréhensible seulement par les initiés qui ont une pratique alchimique interne arrivant à un niveau de respiration embryonnaire et qui ont accès au chemin de l'âme.
Une nouvelle porte vers la tradition est donc ainsi ouverte avec des clefs essentielles pour comprendre la médecine chinoise, le corps énergétique interne, les maladies graves et les maladies génétiques, mais aussi un guide précieux pour l'alchimie interne daoiste dont on voit toute la cohérence dans le《Dao Zang》qui signifie《Canon Daoiste》.

Ceux qui étudient ou pratiquent la médecine chinoise savent qu'il n'y a pas de concepts de pancréas, nerfs, système lymphatique, les hormones etc, ce qui est toujours un point très génant où elle est souvent critiquée par la science moderne qui pense que la médecine chinoise n'a même pas découvert des choses si basiques. Les pratiquants de médecine chinoise se défendent de façon trouble en disant que c'est une autre vision du corps humain énergétique, que le pancréas est dans le système rate, que les nerfs visibles sont délaissés au profit des canaux (méridiens) et collatéraux invisibles... et bien en étudiant la médecine daoiste vous verrez que tous ces concepts existent bel et bien, que tout le corps visible selon la médecine moderne existe en médecine daoiste mais avec un language différent. L'exemple le plus fragrant est celui des hormones qui sont la base de l'alchimie interne daoiste. Tout cela grâce au《Huang Di Wai Jing》 (《Classique Externe de l'Empereur Jaune》) et au 《Dao Zang》 (《Canon Daoiste》).

De part ma double formation universitaire et pratique, je crois en l’authenticité de ce《Huang Di Wai Jing》 (《Classique Externe de l'Empereur Jaune》) dont j'ai eu la chance d'apprendre avec des maîtres daoistes d'une grande gentillesse et humilité, je le traduis progressivement depuis quelques années déjà. Je garde cependant un sens critique et garde toujours un point d'interrogation pour être honnête avec le public et ne pas les induire en erreur. Il se peut que je me trompe et je le dis clairement.
Mais factuellement, les plus grands sages daoistes et meilleurs médecins daoistes que j'ai rencontré qui soignent les maladies les plus graves avec le moins d'aiguilles et plantes ou bien avec des talismans et incantations utilisent tous ce《Huang Di Wai Jing》 (《Classique Externe de l'Empereur Jaune》) comme livre fondamental de leurs pratiques médicales, spirituelles et alchimiques.
Si l’authenticité de ce《Huang Di Wai Jing》 (《Classique Externe de l'Empereur Jaune》) est une interrogation, sa redoutable efficacité est une affirmation !

 

Et vous que pensez vous au sujet de ce《Huang Di Wai Jing》 (《Classique Externe de l'Empereur Jaune》) ?
En avez-vous entendu parler ?
Est-ce qu'il a existé ?
Est-ce qu'il existe encore ?
Est-ce que le《Wai Jing Wei Yan》 (《Paroles Secrètes du Classique Externe》) est le《Huang Di Wai Jing》 (《Classique Externe de l'Empereur Jaune》) ?
Est-ce que ce texte trouve son utilité en pratique clinique, spirituelle et alchimique ?
 

 

-

Formations en 2018:

- Union harmonieuse des trois sagesses chinoises (Daoisme, Confucianisme et Bouddhisme) en Corse du 6 au 11 octobre:
http://www.lokmane-benaicha.com/?q=node/165

- Nei Jing Tu "carte du paysage intérieur": l'alchimie interne daoiste de façon intuitive et pratique à Saint-Ouen (à côté de Paris) le 14 octobre:
http://www.lokmane-benaicha.com/?q=node/163

- Wu Yun Liu Qi: la clef en or pour décoder l'essence de la médecine chinoise à Saint-Ouen (à côté de Paris) en octobre:
http://www.lokmane-benaicha.com/?q=node/180

 

Copyright © 2015 Lokmane Benaicha.
Avertissement plagiat et « délit de contrefaçon » : Tout plagiat volontaire ou involontaire caractérise le « délit de contrefaçon » sur le plan juridique (art. L335-3 du Code de la propriété intellectuelle).