Le thé en Chine

Plan de l'article:
- Présentation du thé
- Les deux boissons préférées des chinois: alcool et thé
- Origine du thé
- Les premières vertus du thé dans l'histoire
- Thé et spiritualités
  Thé et Daoisme
  Thé et Bouddhisme Chan (Zen)
- Les six catégories de thé
- Où trouver du bon thé à Beijing ?

 

Le thé existe depuis des millénaires, c'est la boisson la plus consommée en Chine et même dans le monde après l'eau. Il s'agit des feuilles du théier appelé, aussi arbre à thé, le Camellia sinensis est un arbuste originaire d'Extrême-Orient, de la famille des Théacées.

Il existe plusieurs espèces cultivées, les principaux producteurs sont la Chine, l'Inde, le Sri Lanka etc
En Chine, les feuilles de thé étaient au début consommées dans des aliments, ce n'est que plus tard à la dynastie des Tang (618 à 907) qu'elles sont devenues une boisson aux multiples vertus rafraichissantes, réchauffantes, énergisantes, relaxantes, etc. A la dynasties des Song (960 à 1279), le thé était aussi préparé en poudre comme il existe encore au Japon.
La culture du thé provient principalement du sud de la Chine dans les régions du Yun Nan (Sud Ouest) et du Fu Jian (Sud Est).

A l'origine, le thé s'appelait "tu" 荼 en chinois noté dans le《Classique des Poèmes》《诗经》, mais il s'appelle maintenant "cha" 茶.
Les Néerlandais, qui diffusèrent le thé en Europe en 1606, s'approvisionnaient principalement à Amoy (Xia Men) et le nommèrent «thee», ce qui donna le français «thé», l'anglais «tea», l'allemand «Tee», etc.
Le naturaliste suédois Carl von Linné (23 mai 1707 à Råshult à 10 janvier 1778) a noté en 1753 son ouvrage《Species plantarum》le premier nom de l'arbre à thé “Thea sinensis”, “sinensis” signifiant “Chine” en latin.

 

Les deux boissons préférées des chinois: alcool et thé
L'alcool et le thé s'inscrivent dans une longue tradition millénaire en Chine, avec tous les deux des propriétés médicinales (en modération pour l'alcool comme l'alcool jaune ou le vin rouge).
Traditionnellement, on remplit à ras bord le verre d'alcool et on remplit à un peu plus de la moitié le verre de thé.
Aujourd'hui, les chinois font souvent des repas festifs et d'affaires avec des alcools blancs assez forts pour harmoniser les relations. Donnant certes une image chaleureuse et conviviale où les barrières tombent rapidement pour communiquer plus librement et faire des affaires plus facilement dans le milieu commercial. Cependant, les excès peuvent aussi donner l'image d'ivrognes qui ne pensent qu'à faire la fête et profiter qu'aux plaisirs de la vie. La culture de l'alcool est très importante en Chine, mais elle était plus raffinée et sacrée à l’époque de Kong Zi (Confucius) car elle était utilisée pour les rites de sacrifices pour les ancêtres et les grandes occasions.
Les《Entretiens de Confucius》note : “seul l'alcool n'est pas limité, il faut juste ne pas être en excès.” 孔子《论语》:“惟酒无量, 不及乱” 。
Aujourd'hui, il très mal vu de refuser de boire ces alcools lors des repas de fêtes ou d'affaires en Chine, où on est souvent face à des pièges sentimentaux: “si tu es mon ami, il faut boire avec moi”. Souvent, il suffit de trouver la bonne excuse: conduire, maladie ou religion, mais dans beaucoup de cas les gens insistent quand même. Mon expérience personnelle et que je dois dire et répéter plus d'une dizaine de fois que je ne bois pas et ne fume pas que je suis médecin chinois avec une hygiène de vie, décevant ainsi mes hôtes qui continuent quand même en disant "allez juste une petite goutte". J'ai trouvé une bonne parade qui est une expression chinoise connue “感情有茶当酒” ce qui veut dire “quand il y a le sentiment, le thé remplace l'alcool.”

Nous voici donc à découvrir la culture du thé.

 

Le thé du fait en partie de son innocuité par rapport à l'alcool est beaucoup plus consommé en Chine et à tout moment.
Aujourd'hui, il est très courant de voir les chinois dans la rue, les chauffeurs de taxi, dans les employés dans les magasins, au travail avec un bocal en verre et quelques feuilles de thé pour se désaltérer et se donnait un coup d’énergie pour mieux tenir la journée. L'exemple est souvent donner des anciens moines bouddhistes qui buvaient du thé pour ne pas dormir lors des méditations.
Lorsqu'un chinois reçoit un ami ou un client, le thé est très souvent la boisson proposée pour recevoir son invité comme signe de respect, ainsi l’hôte donne l'image des caractéristiques du thé chaleur (humaine), énergie et vitalité. Que ce soit pour des relations amicales ou professionnelles d'affaires, le thé est très important dans les relations sociales et les rites chinois. Dans la tradition chinoise les jeunes doivent servir les aînés en titre de respect.

Je reçois d'ailleurs à Beijing tous mes patients et élèves avec une cérémonie de thé (thé léger pour un patient pour ne pas perturber la prise de pouls pour la médecine chinoise) mais aussi un léger encens et fond musical Zen.

Boire chaud est très ancré dans la culture chinoise notamment grâce à la médecine chinoise qui déconseille les boissons froides car elles endommagent le système digestif, demandant ainsi plus de Qi et de sang pour remettre ces boissons froides à la température du corps qui d'environ 37,4 degrés.
Les feuilles de thé, les tasses et les ensembles de thé en porcelaine sont aussi des cadeaux souvent offerts aux invités notamment occidentaux pour faire partager leur culture.
Malheureusement, beaucoup de jeunes chinois consomment de plus en plus les thés à l'anglaise en sachet de type Lipton avec du sucre, ce qui est qui une une insulte pour la tradition du thé.
En effet, sous la coutume chinoise du thé, il existe un véritable art thé connu par la cérémonie du thé “Gong Fu Cha” 功夫茶 et son niveau supérieur le Dao du thé 茶道. Ici, le thé n'est pas jeté vulgairement dans une tasse ou un bocal en verre et bu à la va vite mais très respecté comme une belle femme que l'on aime et à qui l'on donne de la douceur (propos tenus aussi par les chinoises maîtres de cérémonies). C'est une véritable science car la catégorie du thé, l'année et la région de production, la qualité et la température de l'eau, le temps d'infusion, la matière de la théière et de la tasse (porcelaine, verre, terre cuite, etc) ainsi que bien d'autres critères sont très importants et doivent être minutieusement choisis pour tirer le meilleur profit des saveurs du thé. Ce thé se prépare dans un environnement calme, doucement avec des gestes d'une grande élégance qui se rapprochent de la danse ou du Tai Ji Quan, il doit être senti pour que l'on soit être imprégné de son parfum qui évolue à travers les différentes infusions (dense à subtil), goûté au palais, savouré de façon particulière pouvant ainsi nous faire découvrir des sensations nouvelles et univers insoupçonnés. Un raffinement issu de la culture traditionnelle chinoise que je vous propose de découvrir.

Cet art du thé ressemble donc un peu à l'art du vin en France avec des concepts communs comme les connaissances minutieuses sur la préparation et la conservation, le raffinement, la dégustation, etc. Un autre point commun entre le thé chinois et le vin français est le prix en fonction de l'âge.
C'est que si la plupart des thés sont bons marchés (quelques euros à dizaines d'euros) certains thés sont très chers comme les nouvelles crues du thé vert de Xi Hu Long Jing d'avant la fête chinoise Qing Ming qui perdent de la valeur avec le temps (à la fin mars 2017, le nouveau Xi Hu Long Jing est à 8400 yuans soit 1145 euros les 500 grammes dans certains magasins, quelques semaines plus tard le prix va fortement baisser). A l'inverse le thé blanc du Fu Jian et surtout le thé noir Pu Er du Yun Nan prennent de la valeur avec le temps. Certains thés noirs de plusieurs décennies d'âge atteignent des milliers d'euros pour quelques centaines de grammes.

La culture du thé est fascinante et raffinée, son histoire est liée à la médecine chinoise mais aussi aux spiritualités daoistes et bouddhistes.

 

Origine du thé:
Il existe plusieurs légendes sur l'origine du thé, en voici deux.
La première raconte que le thé serait apparu il y a 5300 ans, quand des feuilles se seraient détachées d'un arbre pour tomber dans l'eau chaude de Shen Nong (Agriculteur Divin) lui permettant de remédier à la toxicité de certaines plantes médicinales chinoises.
Une seconde version romanesque apparut au Vème siècle. C'est la venue d'un moine indien Bodhidharma, l'introducteur du bouddhisme Chan (Zen), qui arrive en Chine en 520. Ce dernier se serait endormi après 9 ans de méditation ininterrompue; alors qu'il avait fait le vœux de ne plus jamais dormir et de s'abstenir de tout désir, le sommeil le surprit. À son réveil, l'immensité de sa faiblesse le plongea dans le désespoir et pour se punir il se coupa les paupières, celles-ci tombèrent au sol. Peu après, ses paupières auraient donné naissance à une plante appelée "cha" dont les feuilles ressemblent à des paupières sorties de la terre et donna au croyants le moyen de rester éveillés.

Shen Nong, l'agriculteur divin, inventeur de l'agriculture et de la pharmacopée chinoise, aurait selon la tradition chinoise utilisé le thé pour remédier à la toxicité de certaines plantes médicinales chinoises.

La légende chinoise dit que Shen Nong était le premier à avoir découvert et utilisé le thé《Le Classique des Plantes de Shen Nong》: "Shen Nong a goûté les 100 plantes, chaque jour il rencontra 72 toxicités, il utilisa le thé pour y remédier"
《神农本草经》:“神农尝百草,日遇七十二毒,得茶而解之。”

A la dynastie des Tang, le célèbre Lu Yu 陆羽 (733 à 804) considéré comme le "sage du thé" a écrit le《Classique du Thé》 《茶经》,qui est la base fondamentale de la culture du thé en Chine. Ce《Classique du Thé》 détaille les différents types de thés, les outils et l'eau à utiliser, etc
Dans son 《Classique du Thé》, Lu Yu confirme l'origine du thé: "la boisson qu'est le thé, a commencé avec Shen Nong."
陆羽《茶经》:“茶之为饮,发乎神农氏。”

Voici les premières vertus du thé dans l'histoire:
《Le Classique des Plantes de Shen Nong》écrit: “le thé a une saveur amère, son absorption permet aux gens de mieux penser, moins dormir, alléger le corps et éclairer les yeux"
《神农本草经》认为: “茶味苦, 饮之使人益思, 少卧, 轻身, 明目。”

《Le Classique de la Nourriture》écrit: "lorsque le thé est consommé longtemps, il permet aux gens la joie de l'ambition et donne de la force."
《神农食经》: "苦荼久食,令人悦志有力。”

 

Thé et spiritualités

Thé et Daoisme

Le Daoisme préconise le calme et la pureté de l'esprit, le non agir et suivre le cours naturel de la vie, des concepts qui sont partagés avec la culture du thé qui nécessite d’être calme pour profiter des subtilités de la saveur du thé mais aussi se laisser porter naturellement par son parfum enivrant.
C'est pour cela que dans le Daoisme, le thé est même considéré comme un "médicament des immortels" pour obtenir le Dao.
A la dynastie des Tang, le maître daoiste Chang BoXiong 常伯熊 considéré comme le premier maître de cérémonie du thé, a largement embelli la culture du thé de Lu Yu (733 à 804) et de son《Classique du Thé》et a lancé la phrase "le thé et le Dao (ont le même) grand mouvement."
D'autres experts daoistes comme Li Yue 李约 (751 à 810) et l'ermite Lu Tong 卢仝 (775 à 835) ont développé la culture daoiste du thé.
Lors des cérémonies d'initiation entre maître et disciple, quelques écoles daoistes, le disciple donne un verre de thé au maître (alors que dans la plupart des écoles daoistes il faut donner une enveloppe rouge).

 

Thé et Bouddhisme Chan (Zen)

Le thé est aussi très lié à la culture bouddhiste Chan qui a donné plus tard le Zen au Japon.

Jiao Ran 皎然 (730 à 799) un moine bouddhiste et ami de Lu Yu (733 à 804) a écrit:
“Après avoir bu une tasse de thé, je me sens vague, les sentiments arrivent et s'ouvrent pleinement au ciel et à la terre;
 Quand j'en rebois, il clarifie mon Shen (esprit), soudainement comme une pluie volante qui vient nettoyer doucement des poussières;
 La troisième fois que j'en bois, on obtient le Dao (la voie cosmique), comment le Cœur souffrant ne peut-il pas se libérer des contrariétés?"
《饮茶歌诮崔石使君》
“一饮涤昏寐,情来朗爽满天地。
  再饮清我神,忽如飞雨洒轻尘。
  三饮便得道,何须苦心破烦恼。”

A la dynastie des Tang, il y avait un temple bouddhiste Bo Lin Chan Si (temple Chan de la foret de cèdre) à Zhao Zhou dans la province du He Bei. Deux moines bouddhistes y vinrent de loin et demandèrent au maître Chan Cong Shen de Zhao Zhou 从谂禅师 (778 à 897) comment pratiquer le Bouddhisme Chan. Ce dernier demanda à l'un des deux moines: "est-ce tu es déjà venu ici ?”, le moine répondit "je ne suis jamais venu."
Le maître Chan Cong Shen de Zhao Zhou lui dit alors “va manger du thé”, et il demande à l'autre moine "est-ce que tu es déjà venu ici ?", l'autre moine répondu "je suis déjà venu." Cependant le maître Chan Cong Shen de Zhao Zhou répondit de la même façon “va manger du thé.”
A ce moment, le gardien du temple qui avaient amené les deux moines était très surpris et demandait au maître Chan comment se fait-il que l'un ne soit jamais venu et que l'autre soit venu, mais qu'il répondit de la même façon “va manger du thé.” Le maître Chan appela alors le nom du gardien, ce dernier a répondu et le maître Chan lui dit aussi: “va manger du thé.”
En effet, “va manger du thé” sont remplis de bonté et de sagesse pour manifester directement la force du Cœur des gens. C'est aussi pour montrer que le temple Bo Lin Chan Si est l'origine de la phrase "le Chan et le thé ont une même saveur" qui a été développé plus tard au Japon.
“Va manger du thé" est devenu un Gong An (Koan) très connu exprimant l’idée qu'il y a le thé dans la vie et que dans le thé il y a le Chan, ainsi la sagesse du Chan est dans la vie de tous les jours.

A la dynastie des Song, le moine bouddhiste Chan Yuan Wu Ke Qin  圆悟克勤 (1063 à 1135) a encore plus lié la sagesse bouddhiste Chan à la culture du thé avec une calligraphie “le Chan et le thé ont une même saveur” “茶禅一味”. Son œuvre a été emporté par son disciple au Japon et qui est encore entreposé là-bas près de Kyoto dans le Temple de la Grande Vertu Da'itokuji  (Nai Liang Da De Si 奈良大德寺 en chinois).

Depuis la dynastie des Tang et des Song, les japonais sont venus en Chine apprendre et importer la culture traditionnelle chinoise dans leurs pays: astronomie, science, écriture, médecine, spiritualité, arts martiaux, etc. Le Bouddhisme Chan prononcé Zen en japonais et le thé ont donc ainsi été importé au Japon avec un autre développement et raffinement propre aux japonais. Le moine bouddhiste Zen Ikkyu en japonais et Yi Xiu 一休 en chinois (1394 à 1481) a particulièrement développé la culture bouddhiste et du thé avec cette fameuse phrase “le Chan (Zen) et le thé ont une même saveur.”  

Le Bouddhisme Chan (Zen) propose de travailler sur notre ego, nos obstinations, nos différenciations pour atteindre le calme de l'esprit, tout comme le thé, il faut être calme et concentré au moment présent pour profiter de toutes les saveurs et subtilités du thé retrouvant ainsi les préceptes de la sagesse daoiste.

En effet, un expert en thé pourra sentir non seulement la qualité du thé mais aussi la psychologie et l’état d'esprit actuel du préparateur du thé (la fluidité du mouvement lors de la cérémonie ou si le thé est trop infusé ou pas assez par exemple).
L'autre idée de “le Chan (Zen) et le thé ont une même saveur” est que la spiritualité bouddhiste Chan est dans la vie de tous les jours, au moment présent et pas forcement dans les temples.
La préparation d'un bon thé demande donc une bonne préparation personnelle pour élever notre vertu, état de conscience et se purifier.
La cérémonie du thé est perçue à haut niveau tout comme la calligraphie comme une véritable pratique spirituelle. En effet, en lâchant le mental et l'ego on se laisse bercer et emporter par les saveurs subtils du thé dont les feuilles proviennent de la terre et embrassent le ciel.
Une citation bouddhiste dit d'ailleurs “le cosmos entier est contenu dans une tasse de thé” “一杯茶即一个宇宙.”

 

Les six catégories de thé

 

Le thé vert

Le thé vert est de nature froide, il peut convenir en été quand il fait chaud, à ceux qui ont une constitution chaude, feu de l'estomac fort, énergie abondante et aux gens agités. Lors de son infusion, le thé vert a une belle couleur et l'eau est transparente ou légèrement teintée de vert ou de jaune.
Dans les pays arabes où il fait chaud, on consomme beaucoup de thés verts à la menthe pour se rafraîchir, le thé est chaud en température mais froid en nature (thé vert et menthe).
Le thé vert clarifie donc la chaleur mais permet aussi de mincir par la diurèse.
Le thé vert a des vertus anti-radiations et il est donc utile pour ceux qui travaillent devant l'ordinateur.
Attention: les malades du foie doivent éviter le thé vert car sa théine passe par le foie dans le métabolisme, une trop forte consommation de thé vert va endommager la fonction du foie. Les femmes enceintes, ceux qui viennent de subir une opération chirurgicale doivent aussi éviter de boire du thé vert car il va empêcher la génération du nouveau sang. Ceux qui ont l'estomac froid (estomac fragile) doivent aussi éviter le thé vert, pour éviter des problèmes digestifs, ceux qui ont des faiblesses nerveuses et des problèmes d'insomnies doivent éviter de boire du thé vert en fin d’après midi et surtout avant de dormir.

2, Le thé jaune

Le thé jaune est de nature froide, ses propriétés sont semblables à celles du thé vert, la différence est le goût, quand le thé vert est rafraîchissant, le goût du thé jaune est plus fort.
Attention: le thé jaune est un thé légèrement fermenté, sa préparation est proche de celle du thé vert, il riche en théine et en polyphénols qui peuvent influencer l'activité de l'estomac, c'est pour cela qu'il est déconseillé de boire du thé jaune pour ceux qui sont sensibles de l'estomac. De plus, le thé jaune est riche en acide tannique qui peuvent influencer l'absorption du fer dans le corps, c'est pour cela qu'il est aussi déconseillé aux femmes enceintes de boire du thé jaune au risque que leurs fœtus soient en manque de fer.

3, le thé blanc
Le thé blanc est de nature fraîche, il convient à peu près à la même catégorie de personnes que thé vert cependant “le vieux thé vert devient de l'herbe (sans valeur) alors que le vieux thé blanc devient un trésor”, le thé blanc qui vieillit peut dissiper les éléments pathogènes et renforcer l’énergie véritable.
Attention: le thé blanc est de nature fraîche, il peut convenir à ceux qui ont “l'estomac chaud” à jeun. Ceux qui ont un estomac normal peuvent le boire à tout moment sans contre indication mais ceux qui ont un “estomac froid” doivent le boire après avoir mangé. Pour le dosage, en général 5 grammes par personne et par jour suffisent, les personnes âgées doivent éviter d'en boire trop. Il en est de même pour les autres thés, même les bonnes choses ne sont pas bien quand elles sont en excès comme le dit ce proverbe chinois “toute chose à son extrême tourne à son opposé.”

4, le thé Wu Long (Oolong)

Le thé Wu Long (Oolong) est appelé Qing, il est de nature neutre, c'est le thé qui peut être consommé par la plus grande population. Il y a beaucoup de bons thés Wu Long, notamment des thés Wu Long qui ont bien vieillis produisent un acide tartrique qui procurent une joie chez les gens, la médecine chinoise pense que l'acide entre dans le canal (méridien) du foie, c'est pour cela qu'il permet la bonne circulation du Qi du foie, mais il est déconseillé de trop en boire pour ceux qui ont des maladies de la rate et de l'estomac. Le thé Wu Long du Wu Yi Yan est particulièrement brillant, le goût est fort et “permet aux gens de se libérer de l'impatience, de calmer la gêne et de rendre joyeux.” le Feng Huang (phœnix) Dan Cong a un parfum marquant, il est particulièrement bon pour libérer les orifices et permettre la circulation du Qi
Attention: il faut éviter de boire le thé Wu Long à jeun, car il peut il y avoir un phénomène “d'ivresse du thé”, avec des symptômes comme les vertiges, palpitations du cœur, mains et pieds sans force, etc. Il faut éviter aussi de boire du thé Wu Long avant de dormir car il perturbe le sommeil. De plus, quand il faut froid, il faut boire du thé Wu Long très chaud car le thé Wu Long froid peut perturber l'estomac.

5, Le thé rouge
Le thé rouge est de nature chaude, il convient pour ceux qui ont “l'estomac froid”, les mains et les pieds froids, le corps faible, les personnes âgées, on peut rajouter du lait ou du miel pour avoir un meilleur goût. Le goût sucré rentre dans le canal (méridien) de la rate, il peut tonifier et nourrir le Qi et le sang, ajouter de l’énergie chaude, supprimer la fatigue, harmoniser la rate et l'estomac. Le thé rouge a une belle couleur rouge éclatante lors de son infusion, il est donc conseillé de boire du thé rouge pour ceux qui sont d'humeur découragée.
Attention: les patients qui ont des calculs doivent éviter le thé rouge. Ceux qui ont de l’anémie, faiblesse nerveuse et insomnie risquent d'avoir leur insomnie aggravée. En général, il est déconseillé d'en boire trop pour ceux qui sont sensibles et facilement émus, manque de sommeil et le corps faible, car le thé rouge a une fonction de réveil de l'esprit (Shen). Il est déconseillé de boire du thé rouge pour ceux qui ont “l'estomac chaud”, l'enduit de la langue épais, mauvaise haleine, boutons sur la peau, les yeux rouges, des montées de chaleur ainsi que les femmes pendant les règles, la grossesse et l’allaitement.

6, Le thé noir
Le thé noir est de nature chaude, il peut enlever les graisses, l’acidité de la viande, faire baisser les graisses dans le sang, il est conseillé de le boire après conservation, son goût et ses propriétés seront meilleurs. En réchauffant le corps, le thé noir améliore la circulation et permet de mincir. Le thé noir appartient au mouvement (élément) eau dans le principe des cinq mouvements (éléments), il rentre dans le canal (méridien) des reins. Ceux qui ont le visage noir sans éclat, gorge gonflée et douloureuse, baisse de l'appétit, dysenterie, dos et pieds froids, lombaires douloureuses, baisse de l’énergie, etc, peuvent boire ce thé noir. Le thé noir a une couleur noire éclatante lors de son infusion, il peut aussi bien se boire frais que chaud, mais il est préférable de le boire chaud après l'avoir bouilli pour profiter de ses subtilités.
Attention: les patients qui ont une grave sclérose artérielle, haute pression artérielle, maladie instable doivent éviter de boire du thé noir trop dense, car les feuilles du thé noir contiennent de la théine, caféine, théobromine et autres substances vives. Il y a un danger potentiel pour ceux qui ont des scléroses artérielles du cerveau car ces substances peuvent accentuer la formation d'obstruction sanguine dans le cerveau. Les patients d'anémie et qui ont un faible taux de sucre dans le sang ne peuvent pas boire du thé noir.

Il existe aussi toutes sortes d'autres thés en Chine qui sont des infusions de fleurs (chrysanthème, rose, etc) ou de plantes médicinales chinoises (gingembre, baie de goji, date de jujube, etc).

 

Où trouver du bon thé à Beijing ?

Un peu partout mais je vous déconseille les petits magasins et les vendeurs à la sauvette.
On trouve du thé dans pratiquement tous les supermarchés mais je vous conseille plutôt quatre noms.

Marché du thé Ma Lian Dao 马连道, est un grand quartier entièrement dédié au thé avec des grossistes de feuilles de thé mais aussi tous les outils pour la cérémonie: théières, verres, décorations, etc
Il est conseillé d'y aller avec un ami chinois voir même un spécialiste du thé pour ne pas se faire avoir sur la qualité et le prix.
Métro Wan Zi 弯子 sur la ligne 7

3 magasins du thé dont on est sur de la qualité et où les prix sont fixes:

Zhang Yi Yuan 张一元
Zhang Yi Yuan, ce nom vous dit peut être rien mais c'est la plus grande enseigne de thé de Beijing. Par exemple, si vous offrez du thé de Zhang Yi Yuan, rien qu'en voyant le nom il sera honoré par la qualité de l'enseigne.
La plus ancienne maison de thé de Zhang Yi Yuan est sur la rue piétonne de Qian Men près de la place Tian An Men, il y a d'autres enseignes Zhang Yi Yuan un peu partout dans Beijing mais par souci d’authenticité, je vous conseille la maison mère de la rue piétonne de Qian Men.
Métro Qian Men 前门 sur la ligne 2

Wu Yu Tai 吴裕泰
Wu Yu Tai est une des plus grandes chaines de thé de Beijing que l'on trouve un peu partout dans  la capitale, c'est là où j'ai l'habitude d'acheter mon thé.

Tian Fu Ming Cha 天福茗茶
Tian Fu Ming Cha, une autre grande chaine de thé à Beijing.

 

Cérémonie du thé
Il y a plusieurs adresses pour la cérémonie de thé à Beijing, certaines sont spirituelles, d'autres folkloriques, d'autres encore sont plus neutres. Il y a déjà une qui est incontournable sur la tradition folklorique de Beijing: la maison de thé Lao She 老舍茶馆 près de la place Tian An Men.

La Maison de thé « Lao She » est un endroit touristique pour les voyageurs mondiaux, nommée d'après Lao She, l'un des principaux dramaturges et romanciers chinois du XXe siècle ( 1899 à 1966). « La Maison de Thé » est l'une de ses œuvres les plus renommées et la pièce la plus prestigieuse chinoise dans les cercles théâtraux internationaux. Depuis l'ouverture en 1988, la Maison de thé Lao She est devenue une fenêtre qui répand l'aspect culturel de l'ancien Beijing. L’intérieur est décoré d'une façon très chinoise et en style du vieux Beijing raffiné. Les clients s'assoient près de la table carrée, goûtent du thé et des collations traditionnels et regardent des spectacles typiques de la Chine pour l’Opéra, de la magie, des acrobaties, etc
Métro Qian Men 前门 sur la ligne 2

 

Je propose des cérémonies de thé chez moi à Beijing et vends principalement deux sortes de thé en galettes qui peuvent se conserver longtemps:
- thé blanc du Fu Jian,
- thé noir Pu Er du Yun Nan.
360 yuans la galette de thé blanc et 380 yuans la galette de thé noir + 20 yuans de frais de transports.
50 euros la galette lors de mes déplacements en France.

 

Copyright © 2015 Lokmane Benaicha.
Avertissement plagiat et « délit de contrefaçon » : Tout plagiat volontaire ou involontaire caractérise le « délit de contrefaçon » sur le plan juridique (art. L335-3 du Code de la propriété intellectuelle).